Cart

/Commerce/Cart/YourCartIsEmptyText

George Vlad

Le preneur de son George Vlad se rend dans les endroits les plus reculés de la planète pour enregistrer des sons naturels les plus purs possibles. Un engin d’enregistrement à plusieurs microphones l’accompagne toujours dans des conditions d’humidité, de chaleur et de froid extrêmes.

Avez-vous déjà entendu parler de Dallol dans le nord de l’Éthiopie ? Selon certaines sources, il s’agit toute l’année de l’endroit le plus chaud de la planète. Il ne pleut presque jamais et les températures ne descendent jamais en dessous de 35 °C. George Vlad, originaire du Surrey, au Royaume-Uni, s’y est rendu pour enregistrer les sons du désert où son thermomètre pointait à 49 °C/120 °F. « Il était difficile de travailler dans ces circonstances, mes câbles fondaient presque et devenaient collants », explique George. À 36 ans, il est spécialisé dans l’exploration et l’enregistrement de la beauté des endroits les plus reculés de notre planète.

Il vend les licences de ses enregistrements à des studios de gaming et à Hollywood


« C’était difficile de travailler dans ces circonstances, mes câbles fondaient presque et devenaient collants », explique George. L’homme de 36 ans est spécialisé dans l’exploration et l’enregistrement de la beauté des endroits les plus reculés de notre planète. Ses clients, venus de tous les continents, s’appuient sur ses services autofinancés et les sons que George prend dans la jungle, pour ne citer qu’un exemple. Les studios hollywoodiens, les studios de développement de jeux et les sociétés de production comme Netflix achètent les licences de son contenu. Vlad partage également ses expériences de voyage et des enregistrements sélectionnés avec sa communauté sur les réseaux sociaux. « J’ai également enregistré le volcan Erta Ale près de Dallol, et écouter la lave bouillante avec le MKH 8060 m’a changé la vie. Je voyageais avec un groupe de guides, de milices, de police et de porteurs. C’était probablement la 100e fois qu’ils venaient au bord d’un volcan actif, rien de spécial du tout.

On m’a demandé « pourquoi t’enregistres ce truc ? » J’ai transmis mon casque HD 26 à l’un des habitants et il a été bouleversé. Jusqu’à maintenant, ils n’avaient entendu que le son réfléchi du volcan, mais jamais le son direct de la caldeira. L’un d’entre eux s’est mis à pleurer en l’entendant pour la première fois, parce que ça l’a beaucoup ému », explique Vlad.

Écouter la nature depuis la perspective d’un arbre


Mais la chaleur n’est pas la seule limite qu’il franchit lorsqu’il enregistre. « J’étais en Roumanie pour enregistrer des vents violents dans les montagnes de nuit avec deux MKH 8040 et un MKH 30, mais le vent a presque disparu et il la température est vite tombée à -37 °C/-34 °F. » Parfois, la batterie de l’enregistreur s’épuise trop rapidement ou les boutons gèlent. Mais Vlad n’a jamais rencontré de problème avec ses microphones Sennheiser « dans n’importe quelle condition extérieure de -37 °C à 49 °C », ajoute-t-il. « Mon appareil d’enregistrement préféré, avec ses quatre MKH 8020 placés autour d’un arbre. Vous obtenez immédiatement la perspective de l’arbre en écoutant l’environnement à 360 degrés. Le faible niveau de bruits parasites, la haute qualité de construction et l’excellente réponse des basses sont très utiles pour enregistrer dans la nature. Et le 8020 fonctionne exceptionnellement bien dans des conditions d’humidité extrême, en particulier par rapport à la concurrence sur le marché. » Mais la planification de ces voyages exotiques prend beaucoup de temps. Son expédition au Gabon a nécessité huit mois de préparation, un mois sur place et jusqu’à une demi-année de postproduction. Avec cela, aucune tâche n’est trop difficile pour Vlad, comme voyager au Congo en avion vers le Gabon, puis continuer en voiture. « Louer une voiture au Gabon est plus cher que de l’acheter. Mais en tant qu’occidental, vous n’êtes pas autorisé à sortir de la capitale. [...] Jusqu’à présent, j’essaie constamment de sortir de ma zone de confort. Mais je pense que le centre de Londres peut être bien plus dangereux que la forêt tropicale du Congo. »

Prochains projets de George : Une grande expédition vers l’Antarctique en 2022 qu’il prévoit depuis 2019. Ainsi qu’un voyage à Madagascar, Sumatra ou en Papouasie–Nouvelle-Guinée. « Il est assez difficile de trouver des réparateurs sur place, mais je ferai de mon mieux et je me rendrai probablement d’abord dans le pays qui assouplit ses restrictions liées à la COVID. »